Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord

Talleyrand.jpg

Charles Maurice de Talleyrand Périgord naquit à Paris le 13 février 1754 dans une famille de la haute aristocratie. Il fut élevé en province par son arrière grand-mère, la Princesse de Chalais, entre 1758 et 1760.
Il entra au collège Harcourt en 1762 et décida de s'orienter vers une carrière ecclésiastique afin d’éviter une carrière militaire.
Nommé évêque d'Autun par le roi Louis XVI le 2 novembre 1788, il fut élu un an plus tard député des Etats Généraux et propose de nationaliser les biens du clergé.
Il fut ensuite nommé président des Etats Généraux et démissionna de l'évêché d'Autun.
En 1791, il devient administrateur du département de Paris et abandonna son poste l'année suivante. Fin 1792 on découvrit des documents prouvant une relation secrète avec Louis XVI, un décret d'accusation fut alors porté contre lui, ce qui entraîna son exil à Londres.
En 1794, il reçut l'ordre de quitter l'Angleterre et s'installa aux Etats-Unis d'Amérique dans la ville de Philadelphie.
Grâce à sa radiation de la liste des émigrés par la Convention, il put revenir en France le 20 septembre 1796 et s'installa à Auteuil.
Il fut ensuite nommé Ministre des Relations Extérieures du Directoire le 7 juin 1797 et démissionna le 20 septembre 1799.
Nommé Ministre des Relations Extérieures après le coup d'Etat de Napoléon le 9 novembre 1799, il démissionnera à nouveau le 9 août 1807.
Après son excommunion en 1802 (qu’il avait lui-même provoqué) il est rendu à l'état laïc.
Le 11 septembre de la même année, il épousa Madame Grand, Princesse de Bénévent.
Il acquit un an plus tard, le 7 juin 1803, la terre de Valençay, de Luçay, de Veuil, ainsi que celle de Varennes-sur-Fouzon.
Napoléon lui imposa alors d'accueillir les Princes d'Espagne en exil le 18 mai 1808 au château de Valençay. Il s'arrangea ensuite pour demander la main de Dorothée de Courlande pour son neveu Edmond de Talleyrand en octobre 1808 et ceux-ci se marièrent le 22 avril 1809.
Ce ne fut que début mars 1814 que les Princes d'Espagne quittèrent le château après avoir signé le traité de Valençay le 11 décembre 1813.
A Paris, Talleyrand retrouva le Tsar Alexandre Ier pour le convaincre de restaurer les Bourbons sur le trône, et le 2 avril 1814, il devient Président du Gouvernement Provisoire et proclama la déchéance de Napoléon.
En mai, il s'empressa d'appeler Louis XVIII sur le trône et devient Ministre des Affaires Étrangères.
Personnage complexe et opportuniste, Talleyrand sut traverser des périodes agitées de l’histoire sans encombre, parfois au prix de compromissions avec les grandes puissances de l’époque (Russie, Autriche, Angleterre, Prusse).
Il se sépara à l'amiable de son épouse le 21 décembre 1816.
En 1817, il reçut le titre de Duc de Talleyrand-Valençay et Duc de Dino.
Puis il obtint celui de chevalier du Saint-Esprit le 30 septembre 1820.
Par arrêté préfectoral du 10 janvier 1826, il devint Maire de Valençay puis Conseiller Général de l'Indre le 31 août 1829.
Il démissionna de la Mairie de Valencay en décembre 1831 et de son poste de Conseiller Général en 1836.
Il fut nommé le 6 septembre 1830 Ambassadeur Extraordinaire à Londres.
Membre du Conseil Municipal, Maire de Valençay, Conseiller Général, Talleyrand participa à la transformation de la ville, établissant un nouveau cimetière, développant l'activité de la filature, donnant un terrain pour y construire la mairie, l'école, modifiant le clocher de l'église… rien ne le laissa indifférent.
Mais il prodigua tous ses soins au château en particulier. Il fit édifier l'orangerie et ses communs, le petit théâtre et de nombreux hôtes de marque vinrent en visite à Valençay, accueillis par celui que l'on surnommait "le diable boiteux", du fait de son handicap qu'il avait depuis son plus jeune âge, et par sa tendre et belle nièce Dorothée, Duchesse de Dino qui l'accompagna jusqu'à sa mort.
Le 5 septembre 1838, il s’éteignit à l'âge de 84 ans en son hôtel particulier de la rue St Florentin à Paris.
Son corps fut ramené à Valençay et inhumé dans le tombeau de la chapelle des sœurs de la charité près de l'hôtel de ville.

Max Hymans

Max Hymans.jpg

Ce personnage marquant de la ville de Valençay est né à Paris d'une mère alsacienne et d'un père d'origine hollandaise le 2 mars 1900. Étudiant, il fut admis à l'École Centrale des Arts et Manufactures et devint ingénieur.Il poursuivit ses études et  obtint une licence de droit et un doctorat politique et économique. En 1925, il s'inscrivit à la Cour d'Appel de Paris et devint avocat en 1927. Il fut député de la seconde circonscription de l'Indre de 1928-1940 et de 1945 à 1961. Il siègera au Conseil Municipal de Valençay de mai 1929 à 1941. Parallèlement, il fut élu au Conseil Général de l'Indre en 1931 dont il fut le Président de 1945 à 1951. Il épousa Monique Maurey en janvier 1937 et deux ans plus tard, s'engagea volontairement dans la guerre pour y remplir la fonction de capitaine d'artillerie. Il illustrait, le courage et le patriotisme du citoyen français auxquels se mêlaient les sentiments de responsabilité de l'homme politique, attaché à certains principes, qui l'entrainèrent à défendre son pays en combattant l'oppression par son engagement dans la Résistance. Le 6 mai 1941, il reçut chez lui, à Valençay, le premier parachutiste envoyé par les alliés. Il participa alors à l'établissement d'un réseau de résistance. Il entra dans la clandestinité en 1942, condamné à mort par contumace. En 1942 et 1943, il fut commentateur pour la BBC dans l'émission "Les Français parlent aux Français". Devenu Directeur des Transports Aériens de la Libération Nationale à Alger en 1943, il fut nommé Secrétaire Général à l'aviation civile commerciale le 18 décembre 1945. Cumulant de nombreuses fonctions officielles, il devint président d'Air France le 4 août 1948, mais pour des raisons de santé, il dut abandonner ce poste et reçut le titre honorifique de Président d'Honneur de la Compagnie Nationale. En janvier 1961, le Général de Gaulle lui remet la distinction de Grand Officier de la Légion d'Honneur, la Croix de guerre 1939-1945 et la médaille de la résistance avec Rosette. Élu Maire de Valencay en 1949, il le resta jusqu'à son décès le 7 mars 1961 à son domicile de St Cloud. En hommage à ce grand patriote, le Conseil Municipal de Valençay décida de donner son nom au stade ainsi qu'à une rue de la ville, celle qui relie la mairie à son domicile valencéen.

Dorothée de Dino

Dorothée.png

Dorothée, née princesse de Courlande (1793), comtesse Edmond de Périgord (1809), puis duchesse de Dino en 1817, titre sous lequel elle est passée à la postérité, deviendra duchesse de Talleyrand en 1838 et duchesse de Sagan en 1845.
D'une beauté particulière, douée d'une intelligence remarquable, aimant l'intrigue et le secret, ses grands yeux noirs dissimulaient mal son tempérament de feu. Déçue dans ses amours de jeunesse, elle saura trouver la première place auprès du prince de Talleyrand, son grand-oncle, pour se consacrer à sa personne entièrement et sauvegarder sa mémoire.
Elle connut néanmoins des écarts agités et fit souffrir nombre de ses admirateurs auxquels elle recommanda toujours de brûler ses lettres: ce qui fut fait, à de rares exceptions près.
Lorsqu'en 1862, elle mourut en quasi-souveraine dans son château de Sagan, loin de France, sa descendance était déjà nombreuse, ce qui, dans une large mesure, permet de la désigner comme l'une des grands-mères de l'Europe.
"Quelle femme que Mme de Dino!" a pu écrire, en 1829, le comte Rodolphe Apponyi.

Liste des maires de Valençay depuis 1799

2001     Claude DOUCET

1995     Jean MEUNIER

1979     Pierre RENARD

1971     Jean MAILLEY

1965     Maurice PAIROUX

1961     Raymond TROUVÉ

1949     Max HYMANS

1945     Marcel FERRÉ

1944     Pierre BOUSSION

1929     Eugène COLLIN

1925     Antoine THURET

1920     Lucien LEBEAUX

1912     Eugène BRULEY

1908     Charles BOULLET

1904     Louis LOMBARD

1892     Charles BOULLET

1891     PINARD-PINON

1884     Ernest BRUNEAU

1882     Duc de Valençay

1881     Ernest BRUNEAU

1870     Etienne NAUDIN

1869     Prince de Sagan

1855     Th. JOURNEL

1850     Etienne NAUDIN

1848     Jules BOULLET

1844     Etienne NAUDIN

1837     Louis-Napoléon Duc de Valençay

1835     Pierre BARBIER

1831     Prosper BELANGER

1826     Prince de Talleyrand

1816     J.B. VALENÇON

1813     Etienne ARRABY

1808     Antoine BOYER

1799     René HERISSON